Aperçu historique


  Plus de 1000 ans d'histoire

 

Sceau des Consuls
 de Limoux
jusqu'au XVIII e siècle


Le site de Limoux fut occupé d'une manière permanente depuis le néolithique. Alors que les prémices de notre histoire se dessinent à peine, la civilisation gallo-romaine est à son apogée en Languedoc-Roussillon. L'édification de cités organisées en est la caractéristique principale. C'est la réunion de deux habitats, Flacianum et Limosus qui, selon toute vraisemblance, est à l'origine de la fondation au VIII e siècle de la ville de Limoux, telle que nous la connaissons de nos jours. Au fil des siècles et des bouleversements de l'histoire, Limoux assoit sa propre personnalité autour du fleuve "Aude", anciennement nommé "Atax". C'est au IX e siècle, dans la Charte de Charles le Chauve, roi de France, en faveur de l'Abbaye de Saint-Hilaire, qu'il est fait mention pour la 1ère fois de Limoux. Limoux appartient alors à l'Archevêque de Narbonne. Mais au X e siècle, elle passe sous l'autorité des comtes du Razès. Chargés par le roi d'administrer les comtés, ils en exercent peu à peu les droits régaliens. 

Au XII e siècle, Roger de Béziers accorde aux habitants de Limoux la faculté de disposer de leurs biens. Une période d'accalmie s'installe, mais pas pour longtemps.

XIII e siècle, c'est le début de la Croisade contre les Albigeois. Les effets de la croisade, qui prend des allures d'inquisition, vont se faire durement ressentir à Limoux qui compte de nombreux cathares. Limoux est occupée par Simon de Montfort et donnée en fief à son lieutenant Lambert de Turry qui devient ainsi Lambert de Limoux. Simon de Montfort mort, c'est son fils Amaury qui lui succède. Les comptes de Toulouse et de Foix ainsi que Trencavel s'opposent à lui, avec le soutien du roi Louis VII. Les habitants expient leur dévouement pour leur seigneur ; les biens des hérétiques sont confisqués. Plusieurs familles de France s'établissent alors à Limoux, dont Pierre de Voisins, officier de Simon de Montfort. Limoux cédée au roi par ses descendants rejoint la couronne en 1296.

XIV e siècle, Limoux est gouvernée par des consuls, c'est le début des institutions municipales. Cette administration "au profit et à l'utilité de la chose publique" fait de Limoux une des villes les plus riches de la Province. La production agricole, vinicole (blé, orge, vin) et surtout industrielle (draps) contribue à son essor.

 Depuis la croisade contre les Albigeois, un siècle a passé et Limoux semble avoir oublié le temps des malheurs. Hélas, en 1348, la peste noire venue d'Italie sévit à Limoux. Un malheur en entraînant un autre, Limoux devient le théâtre en 1355 de Pillages et de destructions. Le Prince de Galles dit le "Prince Noir" revendique la France en héritage. Ainsi, naguère florissante, après la peste noire, Limoux est anéantie par le fer et le feu des ennemis. De nouvelles fortifications sont édifiées comme pour prévenir un autre siège. Limoux est le chef-lieu d'une viguerie depuis 1319. Ses droits sont confirmés par le roi. Les institutions municipales se mettent en place non sans difficulté.

XVI e siècle, sous François 1er, des troubles surgissent mais, serait-ce grâce à ses fortifications, Limoux n'est pas touchée. Pour cette fois-ci seulement, car bien vite des désordres s'annoncent qui vont causer bien des malheurs. Les doctrines de Calvin se propagent en France et parviennent jusqu'à Limoux. En 1562, "l'Édit de Pacification" accorde aux réformés l'exercice libre de leur culte dans les faubourgs des villes. Des heurts entre catholiques et calvinistes ont lieu. Limoux est prise le 6 juin et livrée au pillage. 30 années de guerre civile s'ensuivent qui anéantissent l'industrie et plongent le peuple dans l'abandon le plus total. La peste qui touche à plusieurs reprises Limoux ne fait qu'infliger un supplément de douleurs à ses habitants. Le

XVII e siècle commence à peine, que la peste touche à nouveau Limoux et fait plus de 3000 victimes. La succession de toutes ces calamités va créer des dissensions entre les consuls et le viguier. Mais, grâce à la fidélité de ses habitants, Louis XIII établit à Limoux en 1642, un Sénéchal et un siège Présidial. La ville jouit alors d'une institution, source principale de son aisance.

XVIII e siècle, avec l'Édit de 1771, les institutions municipales évoluent pour, progressivement, servir de base au système municipal. Dans ce climat, l'industrie devient à nouveau florissante (le commerce avec l'Espagne se développe). De grands évènements se préparent dans le royaume. La Révolution de 1789 et les bouleversements qu'elle entraîne, avec la tenue d'états généraux, font évoluer l'administration de la ville. Aucune scène violente ne vient troubler l'établissement de ces lois nouvelles qui, ainsi, mènent Limoux vers un plus haut degré de prospérité et de sérénité. 

 

Page d'accueil  |  Sommaire  |  Une Rue... Une histoire  |  Biographies Limouxines  |  "Las fécos de Limos"