Les musiciens arrivent...et jouent... Le Triomphant... Patientez !

 

Les Bandes

Les Costumes

Cet attachement au folklore, assorti au coût élevé d'une sortie a permis l'émergence des bandes. De trois officielles elles sont actuellement au nombre de vingt deux se partageant les jours de sorties. Sous l'identité d'un quartier de la ville, d'un lieu précis auto-distribué, d'une corporation, d'une déclaration d'état ou d'intention, les bandes sont composées d'une vingtaine de personnes, venues d'horizons différents. Depuis 25 ans, les Femmes (la bande des Fennas) sont entrées dans la danse. Elles ont fait des émules avec l'arrivée récente de la bande des Piotas. Les règles de recrutement à l'intérieur d'une bande sont intransigeantes : proposés par affinité, les futurs membres doivent être acceptés à l'unanimité. Les bandes du dimanche regroupées en comité brûleront à tour de rôle carnaval, chaque bande se succédant dans un ordre établi définitivement. Celle qui brûle une année reprendra sa place au tout début de carnaval l'année suivante, juste après la première sortie des Meuniers. Écartées du privilège de la crémation officielle, la plupart des bandes du samedi brûlent carnaval au terme de leur sortie.

 

Las Coudenos

Les costumes peuvent se diviser en trois types :

Le "goudil" qui s'abandonne à la fantaisie la plus débridée englobe tous les costumes, depuis les travestis les plus nobles (prince, marquise, mandarin, etc...) jusqu'aux plus ordinaires (assemblages hétéroclites dans le seul but d'être burlesque). Le costume du "goudil" trouve sa juste valeur dans la précision de ses accessoires. Le "goudil" joue un rôle plus qu'il ne danse. La faveur du public va aux plus drôles.

 Le domino bien qu'épousant la forme classique du domino est noir, orné de bandes satinées aux couleurs chatoyantes. Il porte aux pieds de grosses chaussures surmontées de guêtres lacées. L'accessoire servant à "mener" la musique est le fouet. Ce costume est abandonné de nos jours.

 Le pierrot typique du Carnaval de Limoux, à l'origine à fond noir (la cause en serait dans la pénurie de savon liée aux restrictions de la dernière guerre) orné de bandes brillantes, est aujourd'hui différent pour chaque bande. La collerette empesée devient une épaisse fraise ne laissant découvrir du visage que l'emplacement du loup ou du masque.

 

Accueil  |  Sommaire |  Programme  |  Historique des fécos  

 

Adieu, pauvre Carnaval | Alibert I | Alibert II | Les Boeufs | Le Carabinier | Choul blanc | La Cuco

 

Dominos et Pierrots | Fra Diavolo | Le Serpent à sonnette | Le Tour de l'Aragou

 

Le Triomphant | Valse des meuniers | Airs et musiques de carnaval

 

Expositions temporaires

 

Bande Las Coudenos | Bande Los Copin's | Bande Les Limouxins

 

Le site de Pascale Arizmendi et de Miquèl Ruquet | Le site de Michel Picard

 

Musique traditionnelle du comté de Nice